Nos évènements

14 juin 2019 – Le chantier Nugue à Bourg-des-Comptes

De cette visite à l’atelier de fabrication d’avirons et de canoës – où opérèrent Roland Nugue et, avant lui, son père René – on ressort fascinés.

Premier sujet de séduction : le lieu d’implantation de cette activité, une maison de notable dominant la courbe de la Vilaine complétée par son jardin – peut-être inspiré par les frères Bühler – et son orangerie transformée en atelier en 1922, le tout formant un ensemble cohérent. C’est l’œuvre de Jules Nugue, grand-père de René, architecte de son état. Il la conçut en 1852-1854 mais la remania, lui donnant des airs de castel anglais, après sa visite à l’exposition universelle de Londres en 1862.

Second sujet de séduction : l’atelier. Dans ce local, malgré le passage du temps, on sent encore les vibrations du travail de deux passionnés.l'atelier

 

 

 

 

L’atelier

 

Troisième sujet de séduction : le récit que captent nos oreilles attentives lorsque Roland Nugue déroule l’histoire de sa famille. Celle d’une rencontre entre Charles Lefeuvre (1875-1965) – médecin et passionné d’aviron, auteur de recherches physiologiques et notamment d’une étude graphique sur le coup d’aviron – et son neveu René Nugue (1897-1969). Ce dernier est un esprit curieux et très habile de ses mains. Il commence des études de médecine, bifurque vers une licence es-sciences qu’il obtient, mais, également passionné par la pratique de l’aviron, décide de se consacrer à la fabrication de bateaux. Il transforme l’orangerie en atelier en 1922 et se consacre dès lors à la construction de canots, essentiellement des canots automobiles. Le début de la Seconde Guerre mondiale sonne la fin de son activité. Il deviendra agriculteur se distinguant dans le travail de la sélection des races de gallinacées (poule de Janzé, Gaulois doré, Coucou de Rennes).

Puis vient l’histoire de notre narrateur, Roland, fils de René, né en 1942. Il est géomètre-topographe de formation mais aussi instructeur d’aviron. En avril 1972, il se laisse entrainer par la passion transmise par son père : il sera artisan, fabricant de petites unités et réparateur d’embarcations en bois, jusqu’en 2003. A ses côtés, sa sœur Annaïg sera son assistante dans la production et sa conseillère technique. Roland Nugue, qui se définit lui-même comme « canotier-restaurateur, créateur de patrimoine maritime culturel », un métier que l’on exerce le plus souvent en solitaire, n’a hélas pu transmettre son atelier faute d’apprentis volontaires mais il sait exprimer sa passion par les mots et aime aussi la communiquer. C’est pourquoi, en compagnie de sa sœur, il fut présent dans de prestigieux salons professionnels (salon du bateau de caractère à Dinard, salon du patrimoine culturel à Paris…), lieux par excellence d’échanges privilégiés avec ceux qui partagent la même passion. C’est aussi pour cette raison que nous sommes revenus séduits par cette immersion dans ce monde « d’acajou, de bronze et de rêve ».

P1120561

Odile Canneva-Tetu- AMEBB

5 juin 2019 – Excursion en Avranchin

Qu’est-ce qu’une abbaye médiévale ? C’est ce que nos trois visites doivent nous permettre de voir et de comprendre, à travers l’exemple de l’abbaye de la Lucerne, plus accessible que celle du Mont-Saint-Michel. Mais, contraintes matérielles obligent, c’est par le prieuré d’Ardevon que nous commençons.

Marie-Line Canneva, membre de l’Association du Prieuré qui relève les ruines de cette annexe de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, à l’étroit sur son rocher à 8 km de là, nous présente les différents bâtiments, entourés des champs qui alimentaient la communauté bénédictine. Le pigeonnier à ouverture zénithale, magnifiquement restauré, comporte 1 000 nichoirs, ce qui signifierait que les terres s’étendaient sur 500 hectares. Les pèlerins étaient accueillis dans ce prieuré comme ils le sont à nouveau aujourd’hui.

1

Le prieuré, avec le logis abbatial autrefois transformé en étable

2

 

 

 

La grange dîmière du XVème siècle où on pouvait entreposer 15 000 gerbes de blé

 

Au scriptorial d’Avranches, « blockhaus » de béton brut inséré dans des restes de murailles médiévales, sont exposés des documents provenant de l’abbaye du Mont-Saint-Michel. Ils ont été déposés en 1791 par décision révolutionnaire au chef-lieu de district, l’abbaye ayant été transformée en prison. On y voit le travail des moines copistes, les matières premières, les outils, les couleurs qu’ils utilisaient, et quelques exemplaires, avec et sans miniatures, des 199 manuscrits anciens parmi les quelques 13 000 ouvrages entreposés à la bibliothèque patrimoniale de l’Hôtel de ville. Ils ont toujours à nous apprendre : grâce aux moyens modernes d’investigation, il est possible de lire le texte effacé sur un palimpseste, c’est-à-dire un parchemin qui a été gratté et réécrit !

L’abbaye de la Lucerne : c’est une abbaye de l’ordre de Prémontré, fondée en 1143, dont les membres sont à la fois moines et prêtres. Selon la volonté de Saint-Augustin, inspirateur de leur Règle, ce sont les clercs qui mènent une vie commune et accomplissent le service paroissial. C’est l’exemple même de l’abbaye médiévale : un ensemble de bâtiments clos de murs, pour une communauté placée sous l’autorité d’un abbé.

Plusieurs fois détruite et reconstruite, elle est vendue à la Révolution et transformée en filature de coton en 1799, avant de tomber en ruines. En 1959, l’abbé Lelégard lance sa restauration, en suivant le plan initial et avec l’objectif d’y accueillir à nouveau une communauté.

– L’église est de style roman à la base, gothique dans les parties hautes, avec une décoration originale en dents de scie

– Le cloître, qui a perdu ses arcades va être reconstruit

– Le réfectoire a été complètement restauré

– Au-dessous, un beau cellier roman a été reconstruit de 1989 à 1993 4

– Le dernier logis abbatial, belle résidence de style classique, date du XVIIIème siècle 5

– Le colombier du XIIIème siècle, peut-être le plus ancien de Normandie, compte 1 500 trous, ce qui témoigne de l’importance de l’abbaye.

6

Une photo de groupe pour conclure cette très belle journée

Marie-Jeanne Yvinec – AMEBB

 

2 avril 2019 – Promenade sur les lieux de science à Rennes

Sur les pas des scientifiques Rennais, 2 avril 2019.

Retour sur quelques sites du parcours urbain guidé par Jacques Rolland, président de Rennes en sciences qui nous livré un compte rendu de cette visite, (publié dans le Bulletin de l’AMEBB, n° 99, juin 2019). Les commentaires accompagnant les photos ci-dessous sont de Joëlle Guillet.

Hôtel-Robien-1

L’Hôtel de Robien. Son propriétaire le plus connu est Christophe de Robien (1699-1756), érudit, passionné de sciences. Il avait constitué un cabinet de curiosité (minéraux, coquillages, végétaux, objets d’art divers) des plus réputés en France, et fréquenté par de nombreux scientifiques. Il possédait du matériel scientifique, dont une lunette astronomique, fait très rare à l’époque. Sa collection, saisie à la Révolution, a été répartie principalement entre le Musée des Beaux-Arts, le Musée de Bretagne et la faculté des sciences de Rennes.

Le Palais universitaire. En 1848 débutent enfin les travaux de construction du Palais universitaire (architecte Vincent Boullé), actuellement Musée des Beaux-Arts, quai Émile Zola, bâti sur pilotis dans un méandre de la Vilaine rectifié, avec des quais rectilignes. Des universitaires de haut niveau s’y installent tels Simon Sirodot (1825-1903) géologue qui conduit les fouilles du Mont-Dol, François Massieu (1832-1896), géologue et conseiller municipal qui avec Georges Lechartier (1837-1903) s’intéressent aux questions d’hygiène et réalisent les études pour la première adduction d’eau et le tracé du tout à l’égout à Rennes. La faculté des sciences y cohabitant avec les autres facultés s’y trouva rapidement à l’étroit.

2-6

En 1896, la faculté des sciences s’installe chez elle dans les locaux neufs de la place Pasteur. Le physicien Émile Gripon (1825-1912) met au point le système de chauffage par vapeur à basse pression. L’époque est marquée par l’affaire Dreyfus : les professeurs rennais Jules Andrade, Jacques Cavalier, Pierre Weiss s’activent dans des comités de défense. L’enseignement supérieur se développe et les effectifs ne cessent de croître. En 1903 un premier agrandissement permet d’assurer les cours de PCN devenus obligatoires pour les étudiants en médecine. En 1910 la botanique doit être accueillie dans l’ancien Grand séminaire, place Hoche, devenu faculté des lettres. Dans les jardins serres et vignes sont mises en place par Lucien Daniel (1856-1940) qui a consacré sa vie à l’étude des greffes sur les végétaux et sur l’acclimatation de la vigne au nord de la Loire. Le développement de la chimie va conduire en 1924, à la construction d’une nouvelle annexe au bas des jardins du Palais Saint-Georges, rue Kléber, à l’emplacement du parking actuel.

Fac-sciences-vue-aérienne

En 1937, sous l’impulsion du professeur Yves Milon (1897-1987), résistant puis maire de Rennes, s’ouvre l’Institut de géologie, rue du Thabor, aujourd’hui présidence de l’Université. Haut lieu de résistance durant la Seconde guerre mondiale, sa décoration fut assurée par un ami d’Yves Milon, Mathurin Méheut ; conjuguant art et géologie, le décor évoque les paysages géologiques de Bretagne, la flore et la faune anciennes, les chercheurs au travail… Les 25 toiles , propriété de l’Université Rennes 1, ont été classées monument historique en 1990.

Institut-Géol-Dessin-bâtiment copie

28 février 2019 – Accueil des nouveaux adhérents : visite des réserves du Musée de Bretagne

Nous étions nombreux, ce jour-là, autour de Laurence Prod’homme qui nous a permis de pénétrer dans le monde secret des réserves d’un musée. Nous nous sommes attardés longuement dans les réserves textiles (où nous avons pu approcher tant les collections de parures de fêtes que les vêtements de travail) puis dans les réserves d’art graphique dont nous avons mesuré la diversité : affiches publicitaires, plaques photographiques, négatifs souples, cartes postales etc. Mais le plus intéressant était sans doute l’approche d’un métier : faut-il tout conserver ? comment conserver pour préserver des articles fragiles, sensibles aux invasions d’insectes, aux moisissures, à la lumière ? Nous avons pu admirer des cartonnages spécifiquement prévus pour la conservation de coiffes et mis au point grâce à un dialogue entre les conservateurs du musée et la société productrice.

Après plus de deux heures de découvertes, c’est autour d’un goûter que nous nous sommes retrouvés pour bavarder et évoquer d’autres pistes de visite pour les temps à venir.

P1060916P1060929

Assemblée générale du 25 janvier 2019

Le 25 janvier, ce fut aux Champs Libres d’accueillir notre Assemblée générale annuelle. Devant plus de 110 d’entre nous, Céline Chanas, Directrice du Musée de Bretagne et Jean-Luc Maillard, Directeur de l’Ecomusée sont revenus sur les activités 2018 et ont présenté leurs projets pour 2019. Chacun rappelant le rôle particulier de l’AMEBB aux côtés des deux institutions : notamment une contribution à la promotion et au rayonnement de leurs actions évènementielles et culturelles.

Notre Présidente a ensuite présenté le Rapport d’activité 2018 et la Trésorière, quant à elle, le Bilan financier : ces deux bilans ont été approuvés par l’Assemblée.

P1060886

Notre Présidente a ensuite présenté les projets pour 2019.

Enfin, les participants ont renouvelé leur confiance à 2 administrateurs qui s’étaient représentés et ont accepté la candidature d’une nouvelle administratrice.

A l’issue de notre Assemblée, nous avons eu le plaisir de la visite de la nouvelle Directrice des Champs Libres, Corinne Poulain, ravie de nous accueillir en ce bel endroit.

P1060907
Lysiane Rannou et Corinne Poulain

Le moment habituel de convivialité (en cette fin de janvier, la galette des rois s’impose) a été très apprécié, de même que la présentation par des équipes du Musée de Bretagne de leur travail autour de la restauration et la conservation des archives photographiques ainsi que de la mise en valeur, par Internet, des collections. Un grand merci à elles.

P1060913

Le 6 janvier 2019, un nouveau Dimanche des Amis (et ses lectures sur la Ville)

Le 6 janvier, au Musée de Bretagne, l’organisation de l’animation a été une nouvelle fois confiée à l’AMEBB. En écho à l’exposition Rennes, les vies d’une ville, l’AMEBB et ses invités ont célébré la ville.

Un concours de dessins, des commentaires sur des objets de l’exposition permanente , des chants (par la chorale Les Chants Libres), des ateliers créatifs (avec Créabrick) et des lectures ont rythmé avec succès ce dimanche après-midi.

Les lectures ont, notamment, permis d’aborder quelques évènements marquants de la ville de Rennes, au travers de récits ou témoignages.

Ainsi, regroupées en trois périodes, ces lectures ont relaté les évènements suivants :

  • Rennes sous l’Ancien régime (17è et 18è siècles) :
    • Le voeu de Notre-Dame de Bonne Nouvelle (1634)  lecture
    • La ville de Rennes en 1636  lecture
    • La révolte du papier timbré à Rennes (1675)  lecture
    • Le grand incendie de 1720  lecture
  •  1899-1914
    • Rennes à l’heure du procès Dreyfus en 1899  lecture
    • Festivités et commémoration en 1911  lecture
    • L’accueil des blessés en gare de Rennes (1914) lecture
  • 20è siècle
    • Rennes vue par un soldat Allemand en 1941  lecture
    • Témoignage sur le bombardement du 8 mars 1943  lecture
    • L’incendie du palais du Parlement en 1994  lecture
    • Marcher dans la ville avec le philosophe rennais Paul Ricoeur  lecture

 

 

 

Visite de l’exposition « Naître au fil des siècles – vers un enfant désiré », à l’Hôtel-Dieu, Rennes

 

Le 10 octobre 2018, l’AMEBB a organisé une visite de l’exposition « Naître au fil des siècles – vers un enfant désiré » qui s’est tenue au Conservatoire du Patrimoine Hospitalier à l’Hôtel-Dieu à Rennes.

Ce sont des professeurs de lycées rennais qui ont sollicité le conservatoire afin qu’il présente des objets de collection pour évoquer la contraception à travers le temps. Les présentatrices ont été surprises du succès de l’opération, qui touche bien d’autres milieux que les scolaires. Il faut convenir qu’elles la rendent passionnante, accessible (au grand public) , émaillée d’anecdotes.

Le contrôle des naissances existe dès l’Antiquité, mais les interprétations scientifiques sont tardives. Les galets dans le vagin, les préservatifs masculins en boyau d’agneau peuvent être utilisés comme contraceptifs. Un mélange miel-dattes-excréments de crocodiles est donné pour spermicide, des plantes comme le lupin, la rue, sont considérées comme abortives. L’Eglise catholique est opposée à la contraception, mais les superstitions sont multiples : par exemple, pour être fécondées, les femmes doivent s’allonger trois nuits de suite sur la « pierre de Locronan ». (Anne de Bretagne l’aurait fait). Si la naissance est difficile, on pratique des césariennes, et on privilégie la vie du bébé plutôt que celle de la mère, alors que c’était l’inverse dans l’Antiquité. Quand on craint que le bébé ne meure, on utilise un « clystère à baptiser », coudé, pour oindre l’enfant dans le ventre de la mère. On voit aussi dans les vitrines des tubes souples qui permettaient de faire des auto-transfusions ou des transfusions de bras à bras. Jusqu’à Ambroise Paré, l’accouchement est une affaire de femmes (sauf pour les protestantes qui, par décision de Louis XIV, n’ont plus le droit d’être sage-femmes). Ambroise Paré en fait « une affaire sérieuse » mais il faut attendre le milieu du XIX ème siècle pour que les accouchements difficiles se fassent avec une anesthésie générale (Ex. la reine Victoria pour son 8ème enfant), ce que condamne l’Eglise catholique. Elle condamne aussi l’avortement, dont le régime de Vichy fait un crime punissable de la peine de mort. La loi Veil y a mis fin et a autorisé en 1975 l’interruption volontaire de grossesse, après que la loi Neuvirth eût rendu légale la contraception.

La 2ème partie de l’exposition concerne les méthodes contraceptives, des plus fantaisistes comme la méthode des températures – mais il semble qu’elle revienne en force dans les pays du nord- ou le slip chauffant masculin qui doit être fatal aux spermatozoïdes, aux pratiques les plus modernes dont la longue liste doit – c’est son objectif – donner à réfléchir aux plus jeunes.